Pour Pivoine à qui je ne peux pratiquement rien refuser, deux photos d'amoureux.

Je relis les mots que j'avais écrit à mes débuts ici. En les relisant, je reconnais V., je reconnais pourquoi je l'aime. Je l'aime parce que souvent on se fait des spectacles l'un à l'autre, ou tous les deux ensemble, déguisés ou non, comme si on avait cinq ans et demi. Je l'aime quand je lui dis promis je ne prends que des photos alors qu'il vient de débarquer dans la pièce car j'ai mis une musique dansante un peu trop fort, et je l'aime quand il me croit. J'aime la tête qu'il fait quand à la fin je lui dis que finalement je le filmais.

And the rest is history...